L'épi en terre cuite         

Statistiques web
 

L'épi de Mitidja, boulevard Deganne, rappelle ceux du Pays d'Auge

Un coq sans doute patriotique sur Magdala
avenue du Général de Gaulle
 Ces épis qui font la fierté de leurs propriétaires ne sont pas uniquement décoratifs.
C'est une solution très ancienne pour assurer l'étanchéité lorsque plusieurs arêtes du toit se rejoignent. Présents dans toute l'Europe au Moyen Age et fabriqués très souvent en plomb, la plupart deviennent alors en terre cuite.
Ceux du Pays d'Auge, en Normandie sont particulièrement réputés.

  Sa pose marquait autrefois la fin de la construction du manoir ou de la maison de maître et était l'occasion d'une fête. C'était aussi un emblème montrant l'appartenance à une catégorie, à une profession, l'esprit du propriétaire, . . .
Le modèle le plus courant, la pigne de pin, reprend un symbole de l'époque gallo-romaine et devait apporter la fécondité au logis. Très à la mode au 19ème siècle où l'architecture effectue un retour sur les matériaux et les motifs régionaux, on rencontre fréquemment la pigne de pin dans la moitié sud de la France.

  A Arcachon, les plus beaux épis en terre cuite sont  formés de plusieurs parties embrochées sur une tige métallique.

Francis Hannoyer- mars 2005
   Retour