La crête de toit            

Statistiques web

Maria, cours Héricart de Thury

à Houlgate (Calvados)


 La crête de toit est un élément très fréquent qui joint l'utile à l'agréable depuis le Moyen Age.
A l'origine, elle était composée de plantes grasses poussant dans un large faîtage de boue qui surmontait les toits de chaume. On en voit encore encore en Normandie.
Elle est quelquefois en pierre sur le toit des églises, le plus souvent métallique et très décorée sur le toit des châteaux. Le zinc y avait progressivement remplacé le plomb utilisé à l'époque médiévale.
Faite de terre cuite, elle orne les faîtières de nos toits de tuile.

 Sa fonction d'étanchéité est évidente, mais elle servait aussi à alourdir le faîte du toit pour lui donner de la stabilité.
Les crêtes en terre cuite étaient souvent vernissées pour offrir moins de résistance au vent, certaines comportaient des trous ronds pour émettre un sifflement les jours de grand vent. Nos ancêtres aimaient cela, paraît-il.
Avec l'amélioration des techniques, la crête n'a plus qu'un rôle essentiellement décoratif lié à la répétition d'un même élément suivant un rythme régulier. Ce phénomène est attibué à notre héritage culturel gréco-romain.
 
 Elle est fréquente à Arcachon, levez la tête en vous promenant, vous serez surpris d'en découvrir près de chez vous.
Surtout ne la supprimez pas si vous faites réparer votre toiture.
Francis Hannoyer-novembre 2005

   Retour Chronique